[Veille] Degré de parenté : Explorer les branches collatérales

[Veille] Degré de parenté : Explorer les branches collatérales

Source : degresdeparente.blogspot.fr (blog de Dominique Chadal)

Explorer les branches collatérales
Mon arrière-grand-père paternel, Frédéric Chancé, né en mars 1834 dans le bocage normand, est le dernier d’une fratrie de sept enfants.

J’ai une vision assez claire du sort de ses frères et sœurs. Tous sont nés à la Rousselaie, un hameau sur la commune de Notre-Dame-du-Touchet, à l’extrême sud du département de la Manche, aux confins de l’Orne et de la Mayenne. À l’exception de la petite Marie Jeanne, décédée à seize mois, ils ont tous atteint l’âge adulte, mais leurs existences ont été passablement différentes.

Des quatre garçons qui composent la fratrie, un seul, Louis Victor, est resté au pays. Encore faut-il préciser qu’il est décédé à vingt-deux ans, avant d’avoir le temps de fonder une famille et, peut-être, d’aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte.

Les trois autres garçons, Louis Marin, François et mon arrière-grand-père Frédéric, ont quitté le bocage pour venir tenter leur chance à Paris. Ils y ont exercé le métier de peintres en bâtiments, à une époque où la ville connaissait de multiples réaménagements. Louis Marin, peut-être intoxiqué(1) par les substances contenues dans les pigments (il était broyeur de couleurs), succomba en 1857, à l’âge de trente-sept ans, laissant une veuve et une petite fille. Les deux autres déménagèrent plusieurs fois, de la rue de la Coutellerie à la rue Saint-Jacques, de Montmartre au quartier de la Bourse, mais ils restèrent fidèles à la capitale, où ils firent souche.

Lire l’article complet

Les commentaires sont clos.