Marie JELEN, destin tragique d’une enfant

Marie JELEN, destin tragique d’une enfant

Source : genea-logiques.com

La Rafle du Vel’d’Hiv débutait le 16 juillet 1942. Cette rafle se devait de répondre au projet entrepris et réalisé par le gouvernement nazis, alors ici dépositaire de l’autorité sur le gouvernent de Vichy, de l’extermination Juive en Europe. Sont alors arrêtés plus de treize mille Juifs parisiens de 2 à 60 ans. Pour cette rafle, sont mobilisés à Paris 7.000 policiers et gendarmes sous les ordres du délégué en zone nord de René Bousquet, gérant de la Rafle et des déportations.

Les familles avec enfants sont dirigées vers le Vélodrome d’Hiver, en bus, à pied. C’est jusqu’au 22 juillet que ces familles sont transférées de la gare d’Austerlitz vers les camps d’internement de Pithiviers et Beaune-la-Rolande. À la mi-août, les mères seules sont déportées vers les camps d’extermination, afin de travailler ou d’être gazées. À ce moment, les enfants ne font pas encore l’objet de déportations vers les camps d’extermination. C’est au cours du mois de septembre que les enfants sont déportés vers Auschwitz, afin d’être gazés.

1942, la France de Vichy

Marie Jelen, jeune enfant de 10 ans, fille d’un couple de tailleurs polonais, dont le magasin est immédiatement après les mesures prises contre le « statut des Juifs et des mesures d’aryanisations », cédé à un gérant allemand.

Lire l’article complet

Les commentaires sont clos.